Fear of engulfment in an intimate relationship

Please subscribe to Coach Vaillant newsletter for new exclusive content

Lire la version en Français

Differentiating fear of engulfment with codependency and trauma bonding

Codependency is different from fear of engulfment. Codependent people have no sense of self, and have an extreme focus on others as a result. They are needy, terrified of being alone, and cannot function on their own. They have no autonomy. They want people in their lives not because they love them but because they cannot exist as an independent being. They can have anxious attachment though it is not always the case.

Trauma bonding came from bonding with an abusive parent or caretaker. The child had to face constant invalidation of their feelings. Borderline personality disorder and disorganized attachment develop as a result. It is different from fear of engulfment because the person wants to stay attached to their abuser though they may be terrified and resentful. It follows the “I hate you, don’t leave me” pattern. They may have been the scapegoat in a family dynamic.

So what is fear of engulfment?

Fear of engulfment is the fear of getting controlled by the romantic partner or losing yourself in the relationship. It is a very strong fear of being swallowed by the partner. Fear of engulfment comes from enmeshment trauma and acts as a major obstacle in intimate relationships. Their attachment style is the avoidant. They are often over independent or self-reliant as they are so afraid on relying on others to get their needs met. It is difficult for them to receive from other people as they do not want to owe anything in return. They are terrified of trapped-indebtedness. They are suspicious of other people initially as they are perceived as dangerous. They live their intimate relationship in their head instead of their heart. They compare and have often impossible high standards for their partner who can never be enough. They see their partner as someone restricting their freedom. They are overwhelmed by being responsible for someone else’s feelings as they were taught it was their job to fix if their loved one was unhappy, even if it means we are losing ourselves in the process. They are confused between self-love and selfishness so carry a lot of shame about taking care of themselves in a nurturing way. As a result, they often do what they do not want to do in a relationship and resent it later. These people have often a compulsive need to succeed to compensate for the lack of love and connection in their life. They desperately need to prove to themselves that they are lovable and worthy and external success is a way they reassure themselves. They experience a form of social isolation and spend less time than others in social settings. As a result, they get less feedback than others about social clues and develop personality quirks that are often socially inappropriate. Because they were the Golden Child, they experience emotions as an adult that are polar opposites: talented and worthless, blessed and cursed, favored and picked on. As soon as someone wants something from him, his terror of losing himself is activated, and he automatically resists his partner. He does not even think of asking himself if he wants to do whatever the other person wants from him or if it is in his highest good. He just resists. He resists because not being controlled is more important to him than anything. Not being controlled is more important than being loved. The irony is that he is being controlled by his obsession of not being controlled.

The fear of engulfment hides a fear of rejection and abandonment

In truth, the avoidant avoids himself before he avoids others. When the avoidant shuts down to others, it is just a reflection of his inner walls because he is so afraid of being hurt again. He doesn’t want to attach to someone special because he is so afraid of the pain of separation. However, if he doesn’t attach, the relationship is doomed so he keeps experiencing abandonment which comforts him in his conviction that attaching is dangerous. This becomes a vicious cycle. It seems counter intuitive that the Golden (Chosen) Child would feel unlovable however being enmeshed with one parent often provokes the resentment of the other parent and siblings. The avoidant is so afraid of being rejected that he would rather take care of all his needs himself. He makes it impossible for others to provide for him and cater for his needs. He feels threatened by intimacy because of his fear of rejection and getting badly hurt in the process. This connects to childhood trauma. Like everyone, he wants to be loved but he has decided that love is too dangerous. When someone gets too close to him, he gives up on his desire to be loved because he sees it as the only possibility not to get hurt. He shuts down the part of himself that is starving for intimacy. He doesn’t believe his heart is resilient enough to recover and learn from a break-up.

Resulting relationship issues

The adult Golden Child who defended against the invasive parent by
building a wall will not let in their spouse. The love avoidant is typically attracted to the love anxious because she represents his disowned self: the insecure child that had to disconnect not to face the pain of rejection. The partner feels unloved, rejected and uncared for. When they become too starved emotionally, they just leave the relationship. They are often attracted to self-centered partners as well. This is their way of re-creating unconsciously the dynamics of the parent-child relationship. These partners will reflect that other people’s needs are more important than their own, another trauma from their childhood. Or they may attract someone who is just as inattentive and emotionally unavailable as they are so that they may experience what it feels to be with someone who is guarded. It may be very difficult for anyone of their partners to match with their enmeshed parent who is idolized. No one is good enough compared to mum or dad. The favored parent replays the same dynamic in return to show that no partner will ever have a closer relationship than they have. The avoidant is prone to have affairs as it fulfills his desire for physical intimacy and ego rubbing without any emotional commitment. He is very critical of his mates as this allows him not to become too close to them. He always believes there is another better option, someone more beautiful, younger, smarter or wealthier.

What are the childhood traumas that created the fear of engulfment?

Girl Hiding in Corner

I was deeply enmeshed with my mother as a child. She had deep abandonment traumas because she was raised in the foster care system. I was parentified to meet all of her emotional needs. I was the Golden Child. Then, when I was 9, she left me behind to start a new life and I was left with my absent father for 18 months. Considering this background, this is no surprise that I have had such a hard time with the fear of engulfment in my romantic life. We become intimacy phobic when intimacy and closeness were associated with pain in the past. As the Golden Child, we learn to deny our own needs to the benefit of our parent. We understand that our parent’s life is better when we ask for nothing and our parent feels better because they believe they have risen a model child. Here are some of the signs that you were enmeshed:

  • The child is a source of emotional support for the parent, and is the parent’s best friend
  • The parent shares age inappropriate information with the child
  • The parent says in confidence that he is the favorite, most talented of lovable child
  • The child connection with other children is discouraged
  • The child feels guilty when he spends too much time away from the parent
  • The child unique and positive qualities are not reinforced
  • The child independence is discouraged
  • They are very porous boundaries between the child and the adult
  • One parent was chronically lonely, angry or depressed
  • The parents live an isolated life with few friends
  • The child feels responsible for the parent
  • The child is parentified
  • The parent is over-involved in the child’s life
  • The parent pretends to be self-sacrificing
  • The child is not provided with a structure and limits that guaranties his safety
  • The parent is incapable of taking care of his adult needs
  • One or both parents had substance abuse problems
  • The boyfriend of girlfriend is never good enough for the parent
  • The parents were divorced, widowed or did not get along
  • There was a lack of money that caused parents and children to stay home with each other more than it is healthy

In summary, the parent is ignoring the needs of the child. The parent uses the child to satisfy needs that should be met instead by other adults – romance, companionship, intimacy, advice, problem solving and ego fulfillment. Children cannot handle that much psychological pressure as they are not equipped to fulfill adults’ intimacy needs. When the parent says “You are such an easy child”, it is meant “Don’t feel any negative emotions”. When the parent says “You are so special”, it is meant “Be what I need you to be. I have needs you have to satisfy”. Their future love life will suffer immensely as a result. The child is not given the attention he needs to grow-up as a healthy emotional being. There is simply not enough adequate protection, guidance, structure, affection, nurturing and discipline. Their development stops and they get stuck in a narcissist stage of development. The cycle of disconnection continues as we treat our loved ones as we were once treated. Because the enmeshed relationship is all-encompassing, we recreate the need for this intense fusion at the beginning of the relationship that quickly erodes to meet with resistance.

Solutions to break away from enmeshment

Because the enmeshment started with the parent-child relationship, we need to realign our relationship with our parents. The relationship with our parents is very important because it influences the rest of our relationships. We need to relate to our parents from our adult part rather than the child in us that feels controlled. We set clear boundaries with our parents when it is necessary without feeling overly disappointed if they fail to honor them. We become objective about who they are, their qualities but also their shortcomings. We accept them as they are without compromising ourselves in the process. We are supportive but not to our detriment. We stop blaming them for our difficulties as we empower ourselves to make the necessary changes in our lives. We understand that the aspects in them that trigger us the most, are the ones that caused the most psychological damage in us. They also trigger us the most because they mirror unsavory aspects of us that we are too ashamed to see.

If we have children, we can deprogram the enmeshment by raising our children differently. We keep reassuring our child of our unconditional love. We refuse all forms of emotional manipulation through guilt or coercion. We may use the Love and Logic educational method instead to encourage them to take good and positive actions. We do not hesitate to apologize and explain why when we make mistakes as parents. We practice what we preach. We only share with them information that they can handle given their age and maturity. We encourage their independence without making them feel pushed away. We respect their free will without giving up on our important responsibilities as a parent.

The most important work we can do is however with our romantic partner. We commit to an authentic relationship where we overcome our shame to express our true feelings in a constructive way. We transcend our fear of rejection to be truthful. We face the guilt of hurting our partner by sharing our authentic truth. We are attuned and compassionate in the process, not cold and disconnected. We express our boundaries with clarity and in the most gentle way. We refuse any form of manipulation and calculation for our own little benefit. We make space for the aspects of us that are afraid of intimacy and we explore the traumas and the hurt that are behind. This will catalyze our healing. We treat the other person as we would like to be treated. We commit to listen to our own feelings, and to listen to this inner compass no matter what the consequences may be.

Your ideal partner is the one that represents your repressed inner child. Instead of shutting them down as we have done in our early life to survive emotionally, we reverse the process to celebrate them. We give them everything our inner child did not receive. By loving them this way, this immature part that is the seat of our soul can grow again. Then we can become whole and wake up to a life that feels good.

French translation below – Article en Français ci-dessous

Qu’est-ce que la peur de l’envahissement au sein d’une relation intime? Et comment la dépasser?

Il est important de commencer par différencier cette peur affective de la co-dépendance et de l’attachement pervers. La co-dépendance est différente de la peur de l’envahissement. Les gens co-dépendants n’ont pas d’identité propre. Par conséquent, tous leurs comportements tournent autour d’autres personnes qui sont en général narcissiques. Ils n’ont aucune idée de leurs propres besoins ou identité, ils sont terrifiés d’être seuls, et ne peuvent pas fonctionner par eux-mêmes. Ils ne disposent d’aucune autonomie. Ils veulent des gens dans leur vie non pas parce qu’ils les aiment, mais parce qu’ils ne peuvent pas exister en tant qu’être indépendant. Ils peuvent avoir un attachement anxieux/ambivalent même si ce n’est pas toujours le cas.

L’attachement désorganisé/désorienté vient de la relation avec un parent maltraitant. L’enfant a dû constamment faire face à l’invalidation de ses émotions. C’est ainsi que se développe le trouble de la personnalité limite (borderline). Ceci est bien différent de la peur de l’envahissement car la personne souhaite rester attachée au parent maltraitant. Cette relation suit le modèle « Je te hais, ne me quitte pas ». Ils ont souvent été le bouc-émissaire dans une dynamique familiale narcissique.

Qu’est-ce donc que cette peur de l’envahissement?

La peur de l’envahissement est la peur d’être contrôlé par son partenaire ou de se perdre dans la relation. C’est la peur d’être envahi par le partenaire. La peur de l’envahissement vient d’anciens traumatismes et est un obstacle majeur dans les relations amoureuses. Leur style d’attachement est “évitant” selon la célèbre théorie de l’attachement de John Bowlby. Ils sont souvent très indépendants car ils ont très peur de compter sur les autres pour satisfaire leurs besoins. Il leur est difficile de recevoir car ils ne veulent pas devoir quoi que ce soit en retour. Ils se méfient des autres personnes qu’ils ne considèrent pas comme dignes de confiance. Ils vivent la relation intime dans leur tête et non pas dans leur cœur. Ils comparent et ont souvent des exigences impossibles pour leur partenaire qui n’est jamais assez bien. Ils voient leur partenaire comme une personne qui restreint leur liberté. Ils se sentent envahis à l’idée d’être responsable de quelqu’un d’autre. Ils sont ont du mal à discerner l’amour de soi de l’égoïsme. Ils ont honte de prendre soin d’eux-mêmes. Ils font souvent ce qu’ils ne veulent pas faire dans une relation par peur du rejet et en éprouvent du ressentiment plus tard. Ces personnes ont souvent un besoin compulsif de réussir professionnellement afin de compenser le manque affectif de leur vie. Ils ont désespérément besoin de se prouver qu’ils sont dignes d’amour et respectables donc le succès extérieur est un moyen de les rassurer. Ils sont isolés socialement et passent moins de temps que les autres en groupe. Par conséquent, ils reçoivent moins de retour que les autres sur les normes sociales et développent fréquemment des personnalités excentriques voir anti-sociales. Parce qu’ils ont souvent joué le rôle de “l’enfant parfait” au sein d’une famille narcissique, ils ressentent beaucoup d’émotions contradictoires une fois adultes: talentueux ou nul, béni ou maudit, avantagé ou persécuté. Dès qu’un partenaire leur demande quelque chose, leur terreur de se perdre dans l’autre est activée, et ils s’opposent automatiquement à ce dernier quelque soit le bien-fondé de la requête. Ne pas se sentir contrôlés devient pour eux la chose la plus importante, bien plus que de se sentir aimé. L’ironie est qu’ils sont en fait contrôlés par leur obsession de ne pas être contrôlés.

La crainte de l’envahissement cache une peur du rejet et d’abandon

En vérité, la personne “évitante” s’évite avant d’éviter les autres. Lorsque les personnes “évitantes” se ferment aux autres, elles le font essentiellement par peur de rejet. Elles ne veulent pas s’attacher à un nouvel amour parce qu’elles ont en fait peur de la douleur de la séparation qu’elles ressentent comme inéluctable. Cependant, à moins qu’elles ne s’engagent dans la relation, le couple est voué à l’échec et elles se retrouvent donc dans un cercle vicieux. Les cycles de rupture amoureuse dus à ses propres blocages émotionnels les isolent chaque fois un peu plus.

Le fait que “l’enfant parfait” ne se sente pas digne d’amour semble contradictoire. Cependant la préférence d’un parent provoque souvent le rejet de l’autre conjoint et aussi celui des frères et des sœurs. La personne “évitante” a tellement peur d’être rejetée qu’elle préfère être la seule en charge de tous ses besoins. C’est donc très difficile de lui venir en aide et de lui apporter un réconfort car elle garde tous ses proches à distance. Elle se sent menacée par toute relation intime à cause de traumatismes passés qui viennent en général de l’enfance. Comme tout le monde, cette personne veut être aimée, mais elle a décidé que l’amour et l’intimité sont trop dangereux. Quand quelqu’un devient trop proche d’elle, elle renonce à son désir d’être aimée parce qu’elle considère que c’est la seule possibilité pour ne pas avoir le coeur brisé. Elle ne croit pas que son cœur soit assez fort pour guérir et apprendre d’une rupture amoureuse. 

Des problèmes relationnels récurrents

L’adulte qui était auparavant un “enfant parfait” et qui a mis en place des mécanismes de défense contre le parent envahissant et narcissique aura beaucoup de difficultés à s’ouvrir à son conjoint. Selon la théorie de l’attachement, la personne “évitante” est en générale attirée par un partenaire “anxieux/ambivalent” car il représente un aspect en elle qu’elle a réprimé: cet enfant intérieur rempli d’insécurité qui a dû se déconnecter de ses proches pour se protéger émotionnellement. Et par effet miroir, son partenaire se sent aussi mal aimé, rejeté et laissé pour compte. Et quand la relation devient insupportable, ils rompent. Ils sont aussi souvent attirés par des partenaires égocentriques. C’est leur façon de recréer inconsciemment l’ancienne dynamique de la relation parent-enfant. Ces partenaires narcissiques leur renvoient que les besoins des autres sont plus importants que les leurs, un autre traumatisme de leur enfance. Ils peuvent aussi attirer quelqu’un qui est tout aussi inattentif et émotionnellement indisponible qu’eux-même afin de ressentir leur froideur affective. Ils continuent à idolâtrer leurs parents même à l’âge adulte et leur partenaire n’arrive jamais à la hauteur du parent, qui en retour n’hésite pas à critiquer le conjoint pour renforcer l’idée qu’aucun partenaire ne pourra jamais rivaliser avec la relation parent-enfant. Tout cela est aussi un moyen pour garder leurs partenaires intimes à distance et de trop s’attacher à eux. La personne “évitante” est susceptible d’avoir des aventures extra-conjugales car cela satisfait son besoin d’intimité et d’amour physique sans le risque d’engagement émotionnel. Elle croit toujours qu’il y a une autre meilleure option, quelqu’un de plus beau, de plus jeune, de plus intelligent ou de plus riche. 

Quels sont les traumatismes de l’enfance qui créent la peur de l’envahissement?

J’étais en fusion avec ma mère quand j’étais enfant. Ayant été élevée à l’assistance publique, elle avait des traumatismes profonds d’abandon. Je devins donc parentifié pour répondre à tous ses besoins émotionnels ce qui était amplifié par le fait que mon père ne remplissait pas émotionnellement son rôle de mari. J’étais dans ce contexte “l’enfant parfait” selon la terminologie de la théorie de l’enfant parentifié. Puis, quand j’ai eu 9 ans, elle a quitté le domicile familial pour commencer une nouvelle vie et je suis resté alors seul avec un père qui ne me manifestait guère d’affection pendant 18 mois avant qu’elle ne me récupère. Compte tenu de ce contexte d’abandon, il n’est guère surprenant que j’ai eu des difficultés dans mes relations de couple. Nous avons peur de la proximité amoureuse quand cette même intimité nous a apporté tant de souffrances par le passé. En tant qu’“enfant parfait”, nous apprenons à nier nos propres besoins au profit de ceux de nos parents. Nous avons appris que nos parents sont de meilleure humeur quand nous ne demandons rien et qu’ils croient ainsi avoir fait un enfant modèle. Nous étions impuissants et ne faisions que subir ces traumatismes lors de l’enfance, cependant nous avons désormais le pouvoir de guérir ces troubles affectifs par le travail intérieur.

Voici quelques-uns des signes que vous avez eu une relation trop fusionnelle avec un parent qui peut être source de cet envahissement:

  • L’enfant est une source de soutien affectif pour les parents, et est le meilleur ami du parent
  • Les parents partagent des informations qui sont inappropriées au vu de l’âge de l’enfant
  • Le parent dit à l’enfant en toute confidence qu’il est le favori et le plus talentueux de ses frères et soeurs
  • Les relations proches avec d’autres enfants sont découragées
  • L’enfant se sent coupable dès qu’il passe trop de temps loin de la mère
  • Les dons et qualités uniques de l’enfant ne sont pas renforcés si cela n’est pas utile au parent
  • L’indépendance de l’enfant est découragé
  • L’un des parents souffrait de solitude, d’alcoolisme, de dépression ou de rages incontrôlées
  • Les parents vivaient une vie isolée avec peu d’amis
  • L’enfant se sent responsable du bien-être du parent
  • L’enfant est parentifié
  • Le parent est trop impliqué dans la vie de l’enfant
  • Les parents se plaignent souvent de se sacrifier pour leurs enfants
  • L’enfant n’a pas un cadre qui lui permet de se sentir en sécurité
  • Le parent est incapable de subvenir par lui-même à ses besoins d’adulte
  • Un ou les deux parents avaient des problèmes de toxicomanie
  • Le petit ami de la petite amie (ou vice et versa) n’est jamais assez bon pour le parent
  • Les parents ont divorcé ou ne s’entendaient pas. Un des parents est mort jeune
  • Il y avait un manque d’argent dans la famille ce qui incitait à rester tout le temps à la maison

Dans ce contexte, le parent ne tenait pas compte des besoins propres de l’enfant. Au contraire, le parent utilise l’enfant pour satisfaire des besoins qui devraient être satisfaits par d’autres adultes – l’intimité, l’amitié, la résolution de problèmes d’adultes ou se donner un sens dans l’existence. Les enfants n’ont pas la capacité émotionnelle à faire face à autant de pression psychique. Lorsque ce genre de parent dit: « Tu es un enfant si facile », il sous-entend «N’exprime pas d’émotions négatives». Lorsque le parent dit: « Tu es si mignon », il sous-entend « Sois ce que je veux que tu sois car j’ai des besoins à satisfaire ». La vie affective future de l’enfant souffrira énormément de ce conditionnement car l’enfant n’a pas reçu l’attention et l’amour inconditionnel dont il avait besoin pour grandir de manière saine et harmonieuse. Leur développement émotionnel s’arrête et comme leurs parents, ils restent bloqués dans une phase narcissique. C’est un cercle vicieux qui se répète de génération en génération jusqu’à ce que l’enfant devenu adulte fasse le travail intérieur nécessaire. Sinon, nous sautons d’une relation passionnelle à une autre afin de recréer le sentiment de fusion avec le parent avant de revivre le même envahissement. Mais une relation amoureuse ne peut supporter autant de projections et de pression et ce n’est qu’une question de temps avant que les disputes et les reproches ne remplacent l’infatuation première.

Solutions pour dépasser l’envahissement affectif et psychique

Parce que cet envahissement a commencé avec la relation parent-enfant, nous avons besoin de remettre en question les relations avec nos parents. La relation avec les parents est très importante car elle influe sur le reste de nos relations. Nous devons apprendre à communiquer avec nos parents en tant qu’adulte plutôt que de rester figer dans le rôle de l’enfant qui se sentaient contrôlé. Nous fixons un cadre claire avec nos parents quand cela est nécessaire mais nous ne sommes pas trop déçus s’ils sont incapables de le suivre. Nous devenons objectifs sur qui ils sont, leurs qualités mais aussi leurs défauts. Nous les acceptons comme ils sont sans pour autant tolérer tout comportement toxique. Nous les soutenons comme nous le pouvons, mais pas à notre détriment. Nous arrêtons de les blâmer pour nos propres difficultés et nous nous faisons confiance pour créer la vie que nous souhaitons.

Nous comprenons que les situations qui nous blessent le plus sont reliées à des traumatismes passés non résolus. Nous souffrons émotionnellement car nous résistons à voir ces aspect en nous qui font ressortir la honte ou la peur. Une manière efficace de travailler sur l‘envahissement parental est d’élever nos enfants différemment, en les rassurant souvent sur notre amour inconditionnel, en refusant toute forme de manipulation émotionnelle par la culpabilité ou la contrainte, ou en suivant des méthodes éducatives d’autorité positive et bienveillante afin de développer leur autonomie dans la responsabilité. Nous n’hésitons pas aussi à demander pardon à nos enfants lorsque nous faisons des erreurs tout en leur expliquant pourquoi. Cela évitera qu’ils nous idolâtrent et cela va les aider à s’aimer eux-mêmes en tant qu’êtres imparfaits. L’important est d’être un exemple car nos enfants apprennent avant tout de notre comportement plutôt que de nos préceptes. Nous prenons en compte leur âge et leur maturité avant de partager avec eux des informations sensibles. Nous encourageons leur indépendance sans qu’ils sentent abandonnés. Nous respectons leur libre arbitre, sans renoncer à nos responsabilités importantes en tant que parent.

Le plus important travail est cependant à faire avec notre partenaire afin de sortir de nos troubles affectifs. Nous nous engageons dans une relation authentique où nous nous efforçons de surmonter notre honte et notre culpabilité afin d’exprimer nos sentiments de manière constructive. Nous dépassons notre peur du rejet afin de dire la vérité de notre ressenti tout en restant dans l’écoute et la compassion. Nous exprimons nos limites et nos besoins personnels avec clarté et bienveillance. Nous refusons toute forme de manipulation et de calcul pour notre avantage personnel. Nous laissons s’exprimer ces aspects en nous qui ont peur de l’intimité avec présence et compassion. Nous n’avons pas peur de revivre consciemment les traumatismes qui se cachent derrière afin de catalyser notre guérison émotionnelle. Nous traitons l’autre avec le même respect et gentillesse que nous souhaiterions recevoir. 

Nous attirons en général des partenaires amoureux qui expriment naturellement notre enfant intérieur réprimé. Au lieu de les brimer comme nous en avons souffert par le passé, nous inversons le processus et nous les célébrons afin de libérer ces aspects en nous également. Nous leur donnons tout ce que notre enfant intérieur n’a pas reçu. En les aimant de cette façon, les aspects immatures en nous peuvent se développer à nouveau. Nous sommes ainsi en route vers une destinée heureuse.

One thought on “Fear of engulfment in an intimate relationship

  1. Thank you for your insight.
    I was told 2 yrs back that I had enmesment trauma. I feel that I actually have parts of me that are all these things you’ve described.

    I was the scapegoat to one parent and the golden child to another. I can see where enmeshment tied in and as a result of my childhood trauma I have not been able to have a healthy relationship. I married a mix of mom and dad which resulted in years of emotional struggle and pain, that took a whole lot of strength and courage to break free from.

    I have had some success in deprogramming by raising my boys differently but I have yet to trully heal in an authentic romantic relationship if ever I find a man (or he finds me) willing to express his feelings authentically.

    In my consciousness I always treat others with the unconditional love and respect my inner child never recieved. Yet there are still unconscious parts of me that come up in trigger that react to not recieving this unconditional love and respect. When my concsiousness sets in I begin the work.

    I’ve developed a tool called the Alighnment Quadrant that I’ve been perfecting so to help me, and my clients (hopefully one day it’ll reach the masses), to take actions that are in alignmemt with what we feel as opposed to reactions linked to childhood trauma. I’ve had great reviews so far, though I am small and few know of me and my tool.

    Still having a long way to go and knowing I can’t do this alone, I hope to one day be able to create emotional rehab centres where people can go to heal their trauma and recieve the support and understanding they never had in chilhood.

    Thank you,
    Jackie

Leave a Reply