How I ran a full marathon without ever training for more than 3 miles

Please subscribe to Coach Vaillant newsletter for new exclusive content

Access the French version

Vaillant completes a full marathon

I am a big believer in the balance of the physical, emotional, mental and spiritual aspects of us. Actually, each aspect is symbolized by one of the four elements. Fire for spiritual (really for the soul plane as spirit correlates to Ether or the 5th element), water for emotional, air for mental and earth for physical. Earth is the resultant of fire, water and air elements working together. The quality of our external physical manifestations is therefore directly connected to the quality of our intentions, feelings and thoughts. From my perspective, human beings true mission is to bring the truth of the higher spiritual spheres into our physical reality, hence to bring heaven on earth. Many of us deviate from this purpose as we listen to our ego rather than to our heart.   

A healthy mind in a healthy body

Many spiritual people deny or reject the physical dimension while it is the crucible of our spiritual achievements. This is why we say that actions speak louder than words. On the same token, Mens sana in corpore sano is a Latin phrase, usually translated as “a sound mind in a sound body”. The phrase is widely used in sporting and educational contexts to express the theory that physical exercise is an important or essential part of mental and psychological well-being. Emotional healing needs to go hand in hand with physical healing so I got inspired to get myself back in shape. I also wanted to make a statement for a cause that is close to my heart so I decided to sign up for my first full marathon in Salt Lake City.

As I was doing some online research on preparing for the marathon, I came across a video with Wim Hof, a Dutchman that ran a full marathon in shorts and sandals in temperatures close to −20 °C (−4 °F) above the arctic circle in Finland. He is an adept of meditation and yoga. A lot of scientific studies have been conducted about him that proved his claims. In one of his videos, he said that “awakening is to be happy, strong, and healthy; the rest is BULLSHIT!” And I could not agree with him more. I subsequently read a book he co-authored with Koen De Jong “The way of the iceman”.

The Way of the Iceman

There is a lot of information online about it but basically the Wim Hof method is a combination of breathing exercises and cold training. I am a morning person and this is when I have the most energy. I decided to create my own routine built on these two principles. I would wake-up, put on some motivational workout music, do 3 series of abdominal crunch and push-ups. Then, I would start the Wim Hof breathing exercises that he actually learned from Tibetan Buddhism. I noticed that holding the breath is the part that kicks the primal brain that is responsible for survival and the immune system. While I could only hold my breath for 1 minute initially, I managed to hold it for 3 minutes a month later. Wim Hof is able to hold his breath for about 10 minutes. I noticed that after the third repetition of the breathing exercise, I felt strong and inspired to do anything. The first day I tried it, it was 6 am in Salt Lake City on March 14th under icy condition. I went out with a shirt and shorts. After 2 minutes running, I felt a sense of exhilaration and I took my shirt off and started running bare chest. I felt amazing and so alive. I ran 1.5 mile that first day. The rare people or drivers I came across may have wondered about this crazy guy running naked in freezing Salt Lake City Avenues. I came back home and took a shower, first warm to bring back my body to normal temperature but ended with a cold shower. My torso was red due to the blood circulation but this is actually a healthy sign. Then I would meditate to connect to my heart and plan my day accordingly to live an inspired life. And it happened to be a good day so I got motivated to do it a second day. My body would actually wake me up naturally early, because it was getting already addicted to the high of feeling alive, typically associated with a dopamine or melatonin rush. I kept this strict routine for 7 days in a row. Then I hit a wall. I intuitively felt would get sick if I were to push harder so I took a break.

inner children in adults

As I mentioned in previous blogs, we are a multitude within ourselves. If we keep pushing while ignoring the internal parts of us that feel weak, depressed, worthless or unlovable, these parts will eventually rebel which may manifest in illness or accident. These so-called parts are actually very powerful as they are connected to the inner child, the seat of the soul. During the following week, I did a lot of meditation to listen to these hurt and tender parts of my being, which is commonly called inner child work, while giving my body a well-deserved rest. The adult and child selves within me starting to collaborate more effectively, and I created an inner child playlist mostly made to songs of my childhood. Moving forward, during my routine, I would play both playlists so all my inner children and adults could feel included into this process of getting back in shape. The inner adults bring discipline, knowledge, reason, toughness while the inner children bring enthusiasm, joy, kindness and connection to spirit. Once they start working together, true miracles are possible.

I have included my actual detailed jogging training. As you can see, it alternates cycles of training with periods of rest. And this routine takes relatively little time, 45 minutes at most.

jogging schedule

So I ran a total of 24 miles in total to train for the marathon (less than the marathon distance), never exceeding 3 miles on any given morning however all of these runs happened at low temperature (between 20 and 40 degree Fahrenheit) while running bare chest.

Wim Hof running half naked in winter

One of my training was rather funny and somewhat embarrassing. One of my friends invited me at his cabin in the mountain with over 10 feet of snow. While he started running with me, he quickly returned home. After my regular 20 minute running, I came back but for the life of me, I could not find my way home, as all cabins looked the same. I circled for a while but I was definitely lost. There was also no cell coverage so there is no one I could call. I had to find someone to help me out but the whole neighborhood was empty. There was so much snow that to access any cabin, I would have to plunge into 2 feet of fresh snow well above my knees. There was no street access to the cabins, and most residents there have a snowmobile. There was a small sense of panic but somehow my primal brain had already kicked in due to my new routine and I felt relatively calm and confident. After a few unsuccessful tries, I managed to locate a cabin with people inside. They were definitely surprised to find a naked man asking for hospitality but they were very gracious about it. I called my friend using the WIFI of my unexpected hosts. My friend did not even know his exact address, only the street name as all numbers were covered in snow. I got a map of the residential neighborhood from my new host, and started running again to my friend’s cabin. But after another 25 minutes running in the cold, I still could not find him as it was a rather long street and all cabins looked the same so I had no another choice to return again to my kind hosts. This time, I asked my friend to stay in the street and my compassionate host drove me this time with his snowmobile. And I arrived safely to my friend’s cabin. I was not at all shaken from that experience. We simply laughed, I took a hot shower and then snowboarded the whole day after that. No unnecessary energy had been wasted in fear.

It had snowed the day prior to the Salt Lake City marathon on April 13th. I went to the start a race with shorts and a custom shirt I had designed for my cause, which was now holding my bib. My cold training proved to be very convenient as most runners start the race with lots of layers that they probably had to remove later as it got warmer. I started the race slowly, understanding that I would need the endurance to run approximately 5 hours. I would only play meditation music the first two hours, keeping my workout and inner child playlist for the second part of the race to give me the necessary boosts as things got tougher.

Vaillant running a marathon

My cardio and my spirit felt great however after only one hour, I felt that my legs were heavy and that my kidneys were strained. I had not trained my legs enough so they would realistically be my limiting factor. After 3 hours, my legs and feet were hurting a lot and I used my playlists to kick in my primal brain. This is a form of NLP technique as the music can now be used to trigger the state. I was then running on heart and will alone. I ran one more hour this way until I reach mile 20. Then my legs abandoned me. I became simply incapable of running so I switched to walking. Walking seemed easy at first as it used different leg muscles, and I found out that I could walk relatively fast. The last two miles were however excruciating and I started limping. I had thoughts of giving up but I could not do it now so close from the finish line. And I finally did cross it after almost 6 hours!

Vaillant slowly decomposing when running a full marathon

I called my friend Branson and he picked me up. But little did I realize that I had only won half the battle. Recovering from this grueling effort was next. I had to crawl to get to my bedroom as I was incapable of walking anymore. There, I laid on my bed completely disabled so I called Christian to bring me bananas and water. I just did not have enough energy to have a regular meal. For the next 20 hours, I just alternated between sleep and waking time where I would listen an audio program to distract myself. My energy was even too weak to watch a movie on my phone. The hardest part was to crawl to the bathroom to urinate as I had to drink lots of water to support my kidneys’ healing. It was like being sick. The second day of recovery was a bit better. I still could not leave my bed but I could binge on watching movies, and got myself a real meal. During that recovery time, I use a lot of my awareness to be fully present to my body in order to speed up the healing, no matter how much it hurt. The following Monday, my mind was alert and could do some work on the computer though I was limping pretty badly but at least I was mobile again. Tuesday, I was able to go out at night with friends. I gave ample rest to my body during these days, keeping an easy schedule. On Thursday night, I was scheduled to play a tennis league match against the best team of the league, which had won the nationals last year. I had recovered just in time. Just before the match, I did the breathing exercises taught by Wim Hof which I had not done since the marathon. It kicked back my primal brain. I was calm, and determined to win. As expected, I played against a much better player than me but I felt so strong mentally that I ended up winning 6/3 6/4. My opponent lost his composure, as he could not make sense of my resistance on the tennis court to what was supposed to be an easy win for him. I had an overwhelming desire to win while not facing any stress at all. All my teammates were impressed by my win as they were all severely defeated and we ended up losing 4 matches to 1. This single win was however determinant as it kept us on the second position of the league, keeping our chance to qualify for the district tournament.

Vaillant doing the 999 bike ride in Salt Lake City

But the night was not over. My friend Matt called me up and asked me to join him for the 999 ride in Salt Lake City. It is a weekly bike ride that happens at 9 AM at the corner of 900 S and 900 E. So I went biking with over 100 fun people in the streets of Salt Lake City on a beautiful full moon until midnight. I ended up also speaking with a homeless guy to try to help him out, and meet a bunch of interesting people. The night got cooler but I felt great all along. Even after I came home, I still had plenty of energy. Thank you Wim Hof. I can attest from my own personal experience that your stuff works!

However, just like every new information, it is important to make it your own. We need to experiment just as a scientist would do what works and does not work. We use our body sensations, feelings and emotions as our feedback mechanism and inner guidance system. While a teacher such as Wim Hof can provide valuable information and point us in the right direction, our progress lies first and foremost within ourselves. It takes personal discipline, curiosity, introspection, intelligence, proactivity and persistence.

What are you willing to experiment to create a higher quality of life?

French translation below – Article en Français ci-dessus

Voir la vidéo

Comment j’ai couru un marathon de 42 km sans jamais m’entraîner sur plus de 5 kilomètres

Je crois en l’équilibre des aspects physique, émotionnel, mental et spirituel à l’intérieur de nous. En réalité, chaque aspect est symbolisé par l’un des quatre éléments. Le feu pour le spirituel (je parle ici du plan de l’âme, car l’esprit est associé à l’Ether qui est le 5e élément dont les 4 éléments sont issus), l’eau pour l’émotionnel, l’air pour le mental et la terre pour le physique. La terre est la résultante de l’action des éléments feu, eau et air travaillant ensemble. La qualité de nos manifestations physiques externes est donc directement liée à la qualité de nos intentions, sentiments et pensées. De mon point de vue, la vraie mission de l’homme consiste à apporter la vérité des sphères spirituelles supérieures au sein de notre réalité physique, et donc à amener le paradis sur terre. Beaucoup d’entre nous s’écartent de ce but en écoutant leur ego plutôt que leur cœur.

De nombreuses personnes spirituelles nient ou rejettent la dimension physique alors que c’est le creuset de nos réalisations spirituelles. C’est pourquoi nous disons que les actions parlent plus fort que les mots. De même, « Mens sana in corpore sano » est une expression latine, généralement traduite par « Un esprit sain dans un corps sain ». Cette expression est largement utilisée dans les contextes sportif et éducatif pour exprimer la théorie selon laquelle l’exercice physique est un élément important ou essentiel du bien-être mental et psychologique. La guérison émotionnelle doit aller de pair avec la guérison physique, et cela m’a inspiré pour me remettre en forme. Je voulais aussi courir pour la cause de l’aliénation parentale, alors j’ai décidé de m’inscrire à mon premier marathon à Salt Lake City.

Alors que je faisais des recherches en ligne pour me préparer marathon, je suis tombé sur une vidéo de Wim Hof, un Hollandais qui a couru un marathon en short et sandales à des températures proches de -20 °C juste au-dessus du cercle arctique en Finlande. C’est un adepte de la méditation et du yoga. De nombreuses études scientifiques ont été menées à son sujet, qui ont prouvé la véracité de ses propos. Dans l’une de ses vidéos, il a déclaré que « S’éveiller, c’est être heureux, fort et en bonne santé ; le reste, ce ne sont que des bêtises ! ». Et je ne pouvais pas être plus d’accord avec lui. J’ai, par la suite, lu un livre qu’il a coécrit avec Koen De Jung : « La voie de l’homme des glaces ».

Il existe de nombreuses informations en ligne à son sujet, mais la méthode de Wim Hof consiste essentiellement en une combinaison d’exercices de respiration et d’entraînement au froid. Je suis une personne matinale et c’est, à ce moment-là, que j’ai le plus d’énergie. J’ai donc décidé de créer ma propre routine basée sur ces deux principes. Chaque matin, au réveil, je mets donc de la musique motivante, je fais trois séries d’exercices abdominaux et des pompes. Ensuite, je fais les exercices de respiration de Wim Hof qu’il avait, en fait, appris du bouddhisme tibétain. J’ai remarqué qu’après les trente hyperventilations, retenir le souffle est la partie qui déclenche le cerveau primal responsable de la survie, de la motivation et de l’instinct. Alors que je ne pouvais retenir ma respiration que pendant une minute au début, je réussis à présent à retenir mon souffle pendant trois minutes un mois plus tard. Wim Hof est capable de retenir son souffle pendant environ dix minutes. Après la troisième répétition de l’exercice de respiration, je me sens fort et je suis impatient de commencer à courir. Le premier jour où je l’ai fait, j’étais à Salt Lake City le quatorze mars, à six heures du matin, dans des conditions glaciales. Je ne portais qu’un T-shirt et un short. Après deux minutes de course, je me suis senti exalté et j’ai enlevé mon T-shirt pour courir la poitrine nue. Je me sentais fort et vraiment vivant. J’ai couru deux kilomètres et demi ce premier jour. Les rares personnes ou conducteurs que j’ai croisés ce matin-là se sont peut-être interrogés sur ce fou qui courait à moitié nu dans les rues de Salt Lake City à une température négative. Mon torse et mes jambes étaient rouges à cause de la circulation sanguine, mais c’est, en fait, un signe de bonne santé. Je suis rentré à la maison et j’ai pris une douche, tout d’abord chaude pour ramener mon corps à une température normale, puis j’ai fini par prendre une douche froide. Ensuite, j’ai médité pour me connecter à mon cœur et j’ai planifié ma journée en suivant l’inspiration du moment. Et comme ce fut une bonne journée, cela m’a motivé pour recommencer le jour suivant et ensuite, celui d’après. En fait, mon corps me réveillait naturellement plus tôt, parce qu’il était déjà accro au sentiment de se sentir vivant et en bonne santé. J’ai gardé cette routine pendant sept jours d’affilée. Puis je me suis heurté à un mur. J’avais intuitivement l’impression de commencer à tomber malade si je venais à trop forcer. J’ai donc pris une pause pendant une semaine.

Comme je l’ai mentionné dans mes blogs précédents, nous sommes une multitude en nous-mêmes. Si nous continuons à forcer en ignorant nos parties internes qui se sentent faibles, déprimées ou sans valeur, ces parties finiront par se rebeller et pourraient créer une maladie ou un accident. Ces soi-disant parties sont en réalité très puissantes, car elles sont connectées à l’enfant intérieur, le siège de l’âme. Au cours de la semaine suivante, j’ai donc beaucoup médité pour écouter ces parties de mon être douloureuses et tendres, un processus communément appelé travail de l’enfant intérieur, tout en donnant à mon corps un repos bien mérité. L’adulte et l’enfant en moi ont commencé à collaborer plus efficacement, et j’ai créé une liste de musique pour mon enfant intérieur, principalement composée de chansons de mon enfance. Par la suite, pendant ma routine du matin, j’alternais mes deux listes de musique pour que tous mes enfants et mes adultes intérieurs puissent se sentir impliqués dans ma remise en forme. Les adultes intérieurs apportent discipline, connaissance, raison, endurance tandis que les enfants intérieurs apportent enthousiasme, joie, gentillesse et connexion à l’esprit. Une fois qu’ils travaillent ensemble, de vrais miracles sont possibles.

J’ai inclus mon entraînement de jogging détaillé. Comme vous pouvez le constater, il alterne des cycles d’entraînement avec des périodes de repos. Et cette routine prend relativement peu de temps, 45 minutes au maximum.

J’ai donc couru trente-huit kilomètres au total pour m’entraîner pour le marathon (moins que la distance du marathon), ne dépassant jamais cinq kilomètres chaque matin, mais toutes ces courses se sont déroulées à basse température (entre -5 et 5 degrés centigrades) en courant torse nu.

Un de mes entraînement était plutôt amusant et quelque peu gênant. Un de mes amis m’avait invité à son chalet dans la montagne avec plus de trois mètres de neige. Alors qu’il avait commencé à courir avec moi, il est rapidement rentré chez lui. Après mes vingt minutes de course habituelles, je suis rentré, mais malgré tous mes efforts, je ne parvenais pas à retrouver mon chemin, car toutes les chalets se ressemblaient. J’ai tourné en rond pendant un bon moment, mais j’étais vraiment perdu. Il n’y avait pas non plus de couverture réseau, donc je ne pouvais appeler personne. Je devais trouver quelqu’un pour m’aider, mais tous les sentiers étaient vides. Il y avait tellement de neige que pour accéder à un chalet, il me fallait plonger dans un mètre de neige fraîche bien au-dessus de mes genoux. Les chalets n’étaient pas accessibles par la rue et la plupart des résidents avaient une motoneige. J’ai eu alors un léger sentiment de panique, mais mon cerveau primal avait déjà commencé à fonctionner à cause de ma routine et je me sentais relativement calme et confiant. Après quelques tentatives infructueuses, j’ai réussi à localiser un chalet avec des personnes à l’intérieur. Ils étaient vraiment surpris de trouver un homme nu demandant l’hospitalité, mais ils se sont montrés très aimables. J’ai appelé mon ami en utilisant le wi-fi de mes sauveurs. Mon ami ne connaissait même pas son adresse exacte, seulement le nom de la rue, car tous les numéros étaient recouverts de neige. On m’a donné un plan du quartier et j’ai recommencé à courir vers le chalet de mon ami. Mais après vingt-cinq autres minutes supplémentaires de course dans le froid, je ne le retrouvais toujours pas, car la rue était assez longue et tous les chalets étaient identiques. Je n’avais donc pas d’autre choix que de retourner vers la maison de mes gentils hôtes surprises. Cette fois-ci, j’ai demandé à mon ami de rester dans la rue, et une personne m’a conduit avec sa motoneige. Et finalement, je suis bien rentré au chalet de mon ami. Je n’étais pas du tout ébranlé par cette expérience. Nous avons simplement ri, j’ai pris une douche chaude, puis j’ai fait du snowboard toute la journée. Aucune énergie inutile n’avait été gaspillée dans la peur.

Il avait neigé la veille du marathon de Salt Lake City le treize avril. Je me suis présenté au départ avec un short et un T-shirt personnalisé que j’avais conçu pour ma cause de réunification familiale, recouvert maintenant par mon dossard. Mon entraînement au froid s’est avéré très utile, car la plupart des coureurs débutent la course avec beaucoup de survêtements qu’ils doivent généralement enlever plus tard quand il fait plus chaud. J’ai commencé la course lentement, comprenant qu’il me faudrait de l’endurance pour courir environ cinq heures. Je n’ai fait que jouer de la musique de méditation les deux premières heures, afin de réserver mes musiques d’entraînement pour la deuxième partie de la course, quand la fatigue allait me rattraper.

Mes poumons et mon moral étaient hauts, mais après seulement une heure, j’ai senti que mes jambes s’alourdissaient et que mes reins étaient en suractivité. Je n’avais pas suffisamment entraîné mes jambes, et elles devenaient donc mon facteur limitant. Après trois heures de courses, mes jambes et mes pieds me faisaient très mal, et j’ai utilisé ma musique de motivation pour enclencher mon cerveau primal. C’est une forme de technique de PNL, car la musique pouvait maintenant être utilisée pour déclencher l’état. Je courais alors simplement avec la force du cœur et ma volonté. J’ai couru une heure de plus dans cet état jusqu’à atteindre le vingtième kilomètre. Puis mes jambes m’ont abandonné. Je suis devenu incapable de courir davantage, alors je suis passé à la marche. La marche semblait facile au début, car elle utilisait différents muscles de la jambe et j’ai découvert que je pouvais marcher relativement vite. Les trois derniers kilomètres étaient cependant insoutenables et j’ai commencé à boîter. J’ai pensé abandonner, mais je ne pouvais pas le faire maintenant si près de la ligne d’arrivée. Et je l’ai finalement traversée après presque 6 heures !

J’ai appelé mon ami Branson qui est venu me chercher. Je ne réalisais cependant pas que je n’avais gagné que la moitié de la bataille. Se remettre de cet effort exténuant était le prochain défi. J’ai dû marcher à quatre pattes afin de rejoindre ma chambre, incapable de marcher. Je me suis couché sur mon lit, complètement handicapé et j’ai appelé mon ami Christian pour qu’il m’apporte des bananes et de l’eau. Je n’avais tout simplement pas assez d’énergie pour prendre un repas régulier. Pendant les vingt heures qui ont suivi, j’ai simplement alterné les heures de sommeil et de veille, où j’écoutais un programme audio pour me distraire. Mon énergie était même trop faible pour regarder un film sur mon téléphone. La partie la plus difficile était de ramper vers les toilettes, car je devais boire beaucoup d’eau pour faciliter la guérison de mes reins. J’étais comme malade. Le deuxième jour de récupération a été un peu mieux. Je ne pouvais toujours pas quitter mon lit, mais je pouvais regarder des films et prendre un vrai premier repas. Pendant ce temps de récupération, j’ai utilisé une grande partie de ma conscience pour être pleinement présent dans mon corps afin d’accélérer la guérison, peu importe la douleur. Le lendemain, mon esprit était à nouveau alerte et je pouvais travailler sur mon ordinateur même si je boîtais encore beaucoup, mais au moins j’étais mobile. Mardi, j’ai pu sortir le soir avec des amis. J’ai donné beaucoup de repos à mon corps pendant ces jours, en allégeant mon emploi du temps. Le jeudi soir, je devais disputer un match de tennis contre la meilleure équipe de la ligue, qui avait remporté les championnats nationaux l’année dernière. J’avais récupéré juste à temps. Peu avant le match, j’ai fait les exercices de respiration enseignés par Wim Hof, ce que je n’avais pas fait depuis le marathon. Cela a réactivé mon cerveau primal. J’étais calme et déterminé à gagner. Comme prévu, j’ai joué contre un joueur bien meilleur que moi, mais je me sentais si fort mentalement que j’ai fini par gagner 6/3-6/4. Mon adversaire a perdu son calme, car il ne réalisait pas ce qui lui arrivait. J’avais un désir irrésistible de gagner sans être stressé. Tous mes co-équipiers ont été impressionnés par ma victoire, car ils ont tous été battus à plate couture, et nous avons perdu quatre matchs contre un.

La nuit n’était toutefois pas finie. Mon ami Matt m’a appelé et m’a demandé de le rejoindre pour la balade 999 à Salt Lake City. Alors, je suis allé faire du vélo avec plus de 100 personnes dans les rues de Salt Lake City par une belle nuit de pleine lune jusqu’à minuit. J’ai parlé également avec un sans-abri pour essayer de l’aider, et j’ai rencontré tout un groupe de personnes intéressantes. La nuit s’est refroidie, mais je me sentais bien tout le temps. Même après mon retour à la maison, j’avais encore beaucoup d’énergie. Merci Wim Hof. Je peux attester par mon expérience personnelle que vos outils fonctionnent !

Cependant, comme pour toute nouvelle information, il est important de la personnaliser. Nous devons expérimenter comme un scientifique, et faire le tri entre ce qui marche et ne marche pas. Nous écoutons nos sensations physiques, nos sentiments et les émotions de notre corps, et nous les utilisons comme un système de guidage interne. Un enseignant tel que Wim Hof peut nous fournir des informations précieuses et nous orienter dans la bonne direction, mais notre progrès repose avant tout sur nous-mêmes. Cela demande de la discipline personnelle, de la curiosité, de l’introspection, de l’intelligence, de la proactivité et de la persistance.

Que voulez-vous expérimenter aujourd’hui pour améliorer la qualité de votre vie ?

2 thoughts on “How I ran a full marathon without ever training for more than 3 miles

  1. Hi Ale
    Very interesting experience; as you may know it, I coached for mid-distances, distances and Racewalking.
    I am done coaching now but still interested in new experiences.
    If I can say that marathon needs kilometers under your belt to fulfil the distance, I found very insightful your experience about breathing, running in cold environment and your daily routine, as I work on those aspects in my training logs, but not as much as you did.
    Thank you for sharing and happy to see you are still a very positive person; world needs positive people

  2. Pingback: Learn about the immature fear-based coping mechanisms

Leave a Reply