Multiplicity and finding one’s way home towards integration

We are a multiplicity of selves

Please subscribe to Coach Vaillant newsletter for new exclusive content

I was looking to go to the movies recently with a friend, and I noticed that all movie theaters were playing the latest Captain Marvel movie. A reason why this type of movies attracts such big crowds is because most of us have a powerless inner child that we have buried. Super heroes movies are an enjoyable fantasy for our powerless young selves. This is how it works. We come to this plane of existence as a divine child with no limitation, and no negative imprints. But because of our previous karma, our soul may have decided to come into a family and society environment that is challenging (to say the least for some of us). Our soul has not made the decision to punish us because we are bad. It simply wants us to learn love, joy, faith, celebration, compassion or any other higher vibrational states by first experiencing its opposite. Our soul will then select an environment with a negative imprint that we are meant to transform, and our life purpose is typically the opposite vibration of this negative imprint. This is how our inner child finds itself initially in a traumatic environment. From this place of darkness, a new desire is born, and the first split occurs.

Child playing super heroe

As a baby, we are completely dependent on our primary caregivers. If they are not able to meet our physical and emotional needs, there is very little we can do besides crying or being sick to signal them something is not quite right. It is a very powerless state. In order to survive, we need to adapt to our environment and figure out which strategies will help us best meet our needs and feel the love we are desperately starving for. This process is mostly unconscious. It could be crying, developing an ailment, being quiet, being funny, ignoring one’s needs to the benefit of others (common in big families), being angry, becoming the golden child, not bothering the parents and staying alone, and so on, so forth… When we start going to school, the same process occurs but this time with peers and authority figures such as teachers. So by the time we have become adults, we have already created a whole arborescence of different personalities, and aspects of the selves that live within us. They were all born from the same process of desire and splitting. Some of these parts are repressed in the subconscious while others live in the conscious mind.  These parts may or may not be conscious of each other. These parts may be physical, emotional, mental or spiritual in nature. As a result, all of us are a multiplicity of personalities.

For example, one part may decide to wake up at 6 AM the next morning to go to the gym and start shedding these extra pounds. Unfortunately, when the alarm clock rings the next morning, there is another part that just wants to rest and it shuts off the alarm clock. As a result, we stay in bed until 7:30 AM, the time to get to work in a hurry. Or while we are at a conference, we find this girl super attractive and we decide to talk to her. She is talking with other people. As we come closer, another inner part of us jumps in. It tells us we do not have the time, that she is not that attractive after all, that she is busy with other people, that she will not be interested in us anyway, that she is probably with another guy. So we change our mind and we do not talk to her. This part was probably connected with a fragile aspect of us that got hurt through rejection. The list is endless and this is why we have so much difficulty manifesting a life that feels good. Our parts are constantly fighting each other, having contradictory opinions, sabotaging each other. Basically, it just feels like the US congress 🙂

If we had a traumatic childhood, our state of multiplicity and inner division is often a source of intense suffering. We may have repressed angry, desperate, lonely, suicidal, or bitter parts. They may show up uninvited under pressure or with our intimate partner. Because we have not done the work of inner integration, we are like a big overpopulated house where anarchy reigns. The person in that house with the most energy at a given moment takes control, but then may be replaced with someone else with completely different ideas. In that house, everyone is leaving a mess, it is a cacophony where no one can hear each other, where there is little concern for other house members and actions are only taken when survival is at stake. There are some good people there but they feel powerless to get anyone to listen to them.

Mob representing the different aspects within the self

Whether we are aware of this or not, we have the desire for better integration and this playground that we call life is simply a perfect reflection of our inner parts and how they interact with each other. It takes immense bravery to see that all the close people in our life are a perfect mirror of our internal parts. How is that possible? How could this authoritarian boss, this crazy ex wife, these rude teenagers, this friend that just betrayed us be all a part of me? They are everything what we cannot stand, and want to push away because they hurt us. Yes, this is why they represent parts of us that are repressed because they were deemed unacceptable by the conscious mind. But they keep manifesting in our physical reality to torment us because they are desperate to come into the light of awareness too. Our soul always attempts to bring light into darkness, or awareness into unconsciousness so this is why these hidden aspects keep manifesting externally. This is why someone on the spiritual path will look inwardly when s/he is triggered. They know that this is an opportunity to heal by bringing a repressed hurt aspect of their past into the light of consciousness for integration.

The first important thing to realize is that we can work on our own internal parts with the way we treat people. So working with other people to develop more collaborative, loving, harmonious relationships is doing the same internally with our own inner parts. This is one of the big secrets of life. This is why the quality of our life is first the quality of our relationships. Our relationships never lie and act as the most accurate mirror of our internal world. So the more strongly we feel about a person (whether positive or negative), the closer mirror s/he is. People we dislike represent aspects of us that we repress and people we like or admire represent aspects of us that we want to develop. Someone in your acquaintances may attract a lot of attention, but you may be mostly indifferent to him/her. This means that s/he is not presently mirroring you so you are ignoring it because this is not important for your personal growth. People that used to be very important to our life may disappear naturally as we keep changing and evolving. And because we live in an efficient universe, many of our immediate relationships would be typically close mirrors of our inner parts, and the relationships that do not provide this mirroring would eventually fade away from our life.

Osho's quote about relationship mirrors

There are people working in highly hierarchical and even dictatorial organizations. It means they may have one or more internal parts that are tyrannizing the rest of them. Most healers are wounded healers because they are healing their parts by healing other people. You will actually not find a healer without a traumatic childhood. The judges and lawyers are people with many critical parts that they need to constantly punish or save. The engineer thinks that his parts have a problem and needs fixing. The professions we have chosen are a very good indicator of our inner world. When a professional occupation ceases to be interesting, it means that it has stopped to be a good mirror to our inner world. Life is not what it appears to be. Many professions that are seen as successful and well paid are actually reflective of deep inner torment such as judges and lawyers. A doctor that sees sick people all day long is not in a much better place. This statement should not be perceived as a judgment. In order to be happy, we need to feel we are growing and healing and these environments are very rewarding so some people.

Judge

There are often two sides to these professions. From a karmic standpoint, a policeman is often someone who graduated from being a criminal (same as a criminal lawyer), a doctor from being a patient, a psychiatrist from someone with mental health concerns, a spiritual leader from a follower, a victim from being a perpetrator. The soul desires to understand both sides of the perspective. Actually, it is well documented that many of the Nazi officers during WWII developed very serious mental illnesses.  As they followed orders and killed their stated enemies, they were killing aspects of them at the same time. Scholars also speculate that Hitler suffered from schizophrenia, borderline personality disorder, syphilis, severe headaches, dizziness, insomnia, monorchism and Parkinson’s disease. So was Hitler the most powerful man on earth in 1941 or the most powerless one?

Let me repeat this very important shortcut for your spiritual growth. By working on external relationships, we work on ourselves. The hardest reflection is often our own children. For example, a conservative and righteous Christian father with a gay son is often indicative of his own homosexual desires that he had to repress earlier on to fit society model. A fearful ex wife doing protective gatekeeping with her children may prevent at all cost any contact between the father and their children. To be a mirror of this situation, the alienated father may have a strong protector personality that may have shut down his own hurt traumatized inner children in order to survive his own childhood. It is interesting to look at the challenges that children are facing, and how this may just be the reflection of aspects that one or both parents may have repressed.

Many people want fame but to become a star, one needs to be or become a reflector. Basically, s/he needs to project a persona that most people can identify with. A famous person is someone that can mirror the parts of millions of people. Ideally, this star is able to mirror a positive potential to inspire people such as Elon Musk, Oprah Winfrey, Roger Federer, the Dalaï Lama or Jackie Chan. But otherwise, one can become just as famous by projecting the repressed darker parts of the collective. Roger Stone, Donald Trump’s political advisor, knew that very well when he said “it’s better to be infamous than never be famous at all. And, the only thing worse than being talked about is not being talked about”. Fame, however, is a double-edged sword. If fame does not come as a natural consequence of who you are as a person from your core, then it is easy to get lost in the process of being famous and appealing to the masses. The projections of these millions of people will destroy the famous person who is desperately looking for that attention to have a sense of self. This is the paradox: to be famous and stay mentally healthy at the same time, it is critical to be unattached to fame.

Taylor Swift in concert

From my perspective, kindness is an underrated quality in our society however we all know that being kind and helpful makes us feel better about ourselves even (or especially) when we do not get anything in exchange. Kindness creates safety, trust, and positive relationships within us too. Loving-kindness is therefore one of the most effective approach towards true integration and this is why so many spiritual practices include it. This is the platform on which the most sustainable collective organizations are built. It is also the most effective way to share constructive feedback with someone. If someone feels shamed, judged or criticized, his or her ego will reject the observation as an attempt for self-preservation. However, it is true that kindness needs to be balanced with firmness so that other people or inner parts may not abuse it.

The kindness of children

So if life continues to mirror our inner world to help us grow and heal, what is our ultimate destination?  As we experience life in an introspective way, we learn to recognize what feels the best. What feels the best simply resonates at a higher frequency. We are naturally compelled to look for higher vibrational experiences, emotions & relationships. David Hawkins in Power vs Force made his own hierarchy of emotions and every individual need to feel it, experience it within themselves and build their own graph.

Power vs Force emotions ranking from David Hawkins

Theory without experience is counter-productive. The more wisdom we acquire, the more we are able to affect our reality in a positive way. When we have nothing more to learn from this hologram-based reality, which means when we have integrated all aspects of the self, shadow and light, our spirit graduates to another world or dimension to continue its progression towards oneness because evolution is infinite. Awakening is nothing else than the integration of all of our parts. First by becoming conscious of them and then making them work harmoniously with each other.

Integrating the three aspects of the self

Švenčiausioji_Trejybė

This blog is published in The Mindful Word

https://www.themindfulword.org/2018/aspects-of-the-self/

Please subscribe to Coach Vaillant newsletter for new exclusive content

Article translated in French below

Intégrer les trois aspects du soi pour s’éveiller

Les cercles de développement personnel et spirituel parlent souvent des concepts du Moi supérieur (ou l’âme), de l’enfant intérieur et du besoin d’une personnalité positive, introspective, reliée aux réalités de la vie matérielle et efficace. La plupart des ouvrages de développement personnel abordent un seul aspect, rarement deux à la fois et presque jamais les trois. Si quelqu’un me demande ce qu’est l’éveil spirituel, je réponds simplement « Vivre le paradis sur terre », c’est-à-dire la capacité à fonctionner dans cette dimension physique selon des principes spirituels élevés. De manière pratique, nous avons en nous trois aspects principaux et très différents : 1. l’adulte, 2. l’enfant et 3. l’âme, et les trois doivent coexister en harmonie afin que nous puissions être véritablement intégrés et devenir ce que nous appelons un être éveillé. Le développement d’un aspect sans les autres est en réalité un danger pour soi et pour les autres.

L’adulte ou adulte intérieur n’est rien d’autre que notre personnalité. Notre personnalité s’est construite selon notre éducation familiale, notre culture, notre éducation et notre environnement. En conséquence, elle est pleine de concepts erronés, de perspectives limitées, d’idées fausses et de contradictions. Par l’introspection, l’étude des grands sages, l’application des leçons précieuses tirées de notre expérience, la pensée positive et consciente, nous pouvons peu à peu améliorer notre personnalité pour mieux soutenir notre vie et celle des autres qui nous entourent. Beaucoup de livres sont consacrés à nous aider à développer une personnalité plus efficace afin que nous puissions avoir plus de succès dans la vie, qu’il s’agisse de gagner plus d’argent, d’améliorer notre relation de couple ou d’être plus heureux. Un adulte mûr a une pensée claire, répond aux situations de la vie de manière réfléchie, projette des valeurs positives et comprend les étapes nécessaires pour atteindre ses buts. Il sait aussi comment se protéger et protéger les autres. Il est capable de tirer parti de ses précieuses expériences de vie pour améliorer la qualité de vie de tous ceux qui l’entourent.

L’enfant intérieur est un concept plus récent. Bien que Carl Jung soit à l’origine du concept dans son archétype de l’enfant divin, John Bradshaw est en réalité celui qui a popularisé le travail sur l’enfant intérieur auprès du grand public dans les années 1980 grâce à ses best-sellers et à ses apparitions aux côtés d’Oprah. Tous les professionnels de la santé mentale sont maintenant familiers avec le concept de l’enfant intérieur. L’enfant intérieur correspond à notre essence et au noyau de ce que nous sommes. C’est un aspect hyper sensible, complètement ouvert et la source de notre créativité, de notre spontanéité et de notre joie intérieure. Quand nous grandissons dans ce monde difficile avec des parents imparfaits, notre enfant intérieur (ou nos enfants intérieurs) est victime de traumatismes. Ceux-ci vont engendrer une faible estime de soi, une pauvre image corporelle, des déséquilibres affectifs, l’auto-flagellation, des masques bloquants, des problèmes d’identité, d’intimité et d’engagement, des dépendances, etc. Le travail sur l’enfant intérieur a pour objectif de renouer avec cet aspect subconscient du soi, de revivre consciemment les émotions refoulées afin que nous puissions aider notre enfant intérieur à poursuivre son développement.

L’âme est notre moi transcendantal. Celui-ci est déjà parfait, pleinement développé et connecté à l’ensemble de l’existence. Le moi supérieur est au-dessus du cycle de la naissance et de la mort. C’est la conscience elle-même. Grâce à cela, nous pouvons faire l’expérience de la conscience de Dieu. Qui mieux que Rumi, le mystique soufi du XIIIe siècle, pour nous décrire le moi supérieur ? « Ces formes que nous sommes sont comme des tasses flottant dans un océan de conscience vivante. Elles se remplissent et coulent sans laisser de traces. Ce que nous sommes, c’est cet océan, mais nous sommes trop proches pour le voir, même si nous y nageons et le buvons. Ne soyez pas une tasse avec un rebord sec, ou quelqu’un qui chevauche toute la nuit et ne connaît jamais le cheval entre ses cuisses. » Nous ne travaillons pas sur l’âme, il s’agit simplement d’élever notre conscience et de nous rappeler qui nous sommes en tant qu’âme. L’âme est indestructible et ne peut être blessée, car elle est cet amour infini.

Permettez-moi d’illustrer l’évolution de ces trois aspects à travers mon expérience personnelle. Quand j’étais enfant, j’ai subi une série de traumatismes qui m’ont conduit à une dépression profonde et à une forte anxiété à l’âge de treize ans. Ma personnalité adolescente cherchait des possibilités de sortir de mon enfer émotionnel. Bien que les progrès aient été lents à cet âge, j’ai développé petit à petit des concepts et des idées pour rendre mon existence plus supportable. Mes progrès touchaient uniquement le niveau de la personnalité (ou mon moi adulte). Je suis devenu adulte trop rapidement et j’ai géré ma douleur affective en devenant le meilleur élève possible à l’école. Je manquais de spontanéité, j’étais très sérieux et me sentais comme un vieil homme à l’intérieur. À dix-neuf ans, j’ai passé tout l’été aux États-Unis, ce qui a élargi mes horizons. Je suis tombée amoureux d’une fille à mon retour à l’université, et une rupture douloureuse trois mois plus tard a ouvert ma conscience. L’intensité de la douleur émotionnelle m’a fait vivre pour la première fois un état de conscience mystique où je me suis senti extatique. Soudain, je me suis rendu compte que la vie était bien plus grande que le monde visible. Je me suis lancé dans une quête spirituelle et suis devenu obsédé par cet éveil dont parlent les grandes philosophies et religions. Pendant les sept années suivantes, sans le comprendre consciemment, j’étais à la recherche de mon moi supérieur que je n’avais ressenti que pendant quelques instants. En tant que chercheur spirituel, je suis tombé dans un premier piège, et j’ai rejoint une secte. Les sectes sont des organisations toxiques, qui se positionnent comme des intermédiaires dans notre relation à Dieu afin de nous exploiter. Après en être sorti trois ans plus tard, et après avoir pris le temps de me déprogrammer, j’ai poursuivi mes efforts pour m’éveiller. Cela a porté ses fruits et quand j’ai eu vingt-six ans, j’ai vécu un état de conscience où j’ai vécu un état extatique ou le pur amour pendant plus de vingt-quatre heures. Cela a ouvert une porte où j’ai pu retourner consciemment à cet état avec une discipline de vie spécifique. Tandis que j’éprouvais des états de conscience extatiques, je me suis rendu compte que j’étais devenu un junky spirituel et que ma vie ne reflétait pas extérieurement les états de conscience extraordinaires que j’éprouvais intérieurement. J’ai commencé à me sentir seul et j’ai concentré mon attention sur la manifestation physique. Sans le savoir, j’avais changé la focalisation de mon travail intérieur de mon âme à ma personnalité. Pour faire mûrir cet adulte intérieur, je me suis inspiré de gourous de du développement personnel tels qu’Antony Robbins, Wayne Dyer ou Brian Tracy. Je me suis marié avec une PAJ (princesse américaine juive), et j’ai fondé une famille. Je me suis concentré sur ma carrière pour réussir ma vie. Je suis devenu un entrepreneur prospère dans la Silicon Valley et le vice-consul honoraire de Monaco.

J’étais un lecteur assidu avec toujours pour but de m’améliorer. Mon succès professionnel était un mécanisme d’adaptation à ma douleur émotionnelle que j’avais continué à enfouir, et qui se manifestait à travers une relation tumultueuse avec ma femme. Quand j’ai eu trente-cinq ans, je n’ai plus réussi à contenir ces émotions sous-jacentes. Je suis entré en thérapie à ce moment-là et ai commencé à renouer avec mon moi transcendental, car j’avais constamment le sentiment que quelque chose me manquait. Je suis devenu un grand fan d’enseignants de non-dualité tels qu’Eckart Tolle, Adyashanti, Krishnamurti ou David Deida. Quand j’ai eu trente-huit ans, la grâce est venue au travers d’un événement inattendu. J’ai eu une commotion cérébrale à la suite d’un accident de ski, qui m’a recâblé le cerveau. Après avoir récupéré de l’accident, je pouvais méditer sans effort et le sentiment qu’il me manquait quelque chose a alors disparu. Je suis devenu beaucoup plus intuitif et me suis toujours senti guidé dans mes actions. À ce moment-là, j’avais fait un énorme travail pour développer une personnalité consciente afin de soutenir ma vie et ouvrir le chemin intérieur à mon âme. Cependant, jusqu’à ce moment-là, je n’avais fait que très peu de travail sur mon enfant intérieur (je n’étais pas au courant du concept à l’époque) et l’écart s’accentuait entre cet enfant intérieur sous-développé et brisé et le reste de mon être. J’ai connu une crise de milieu de vie et ai attiré une partenaire encore plus déséquilibrée que moi-même. Elle était un canal clair pour son moi supérieur, détenait la connaissance spirituelle la plus remarquable, mais toute sa vie était en réalité contrôlée et rendue misérable par les traumatismes de son enfance qu’elle se sentait impuissante à guérir. À cause de ses dons spirituels, elle pouvait voir à travers moi, et je ne pouvais plus cacher mes enfants intérieurs blessés. J’avais tellement réprimé la douleur de mon enfance pour atteindre le succès matériel et spirituel que mes enfants intérieurs perdus se sont manifestés sous la forme de l’aliénation parentale de mes enfants réels. Tout au long de ma vie, j’ai fait face à de nombreux défis, mais aucun n’était comparable à la brutalité de cette expérience. Mon dernier mariage s’est également effondré quelques temps après. Cette année passée a été difficile, mais riche en apprentissage. Elle m’a permis de réintégrer mon enfant intérieur avec ma personnalité d’adulte et mon moi transcendantal. Maintenant, lorsque mon enfant a mal, je m’assieds en méditation avec la douleur. Mon adulte et mon âme le rejoignent, lui prennent la main et l’aident à guérir. J’ai arrêté de le brimer et de le faire taire comme je l’avais fait pratiquement toute ma vie. Qu’il s’agisse de solitude, de trahison, de dépression, de colère, de jalousie, de suspicion, de méfiance ou de tristesse, je reste assis avec lui sans jugement. Avec suffisamment de patience, mon enfant intérieur est en train de se reconstruire lentement grâce à la confiance en mon adulte intérieur et à la sagesse et la présence de mon âme. En fait, je n’ai pas découvert un seul enfant intérieur, mais plusieurs, qui ont entre deux et onze ans. Il est clair que cet aspect de moi est encore un peu en retard par rapport à ma personnalité et à ma connexion avec mon moi transcendantal. C’est donc sur cet aspect que je me concentre afin d’atteindre mon plein potentiel, et ainsi finir par me reconnecter à mes enfants réels.

J’espère qu’en partageant  mon expérience personnelle, j’aurai réussi à illustrer l’importance de rester équilibré avec ces trois axes de travail tout au long de notre cheminement spirituel. Je pense intuitivement que Wayne Dyer aurait pu faire face à un déséquilibre similaire. C’était un professeur remarquable, doté d’une personnalité très intelligente et d’une profonde compréhension de l’âme. Sa troisième épouse, Marcelene, mère de cinq de ses enfants, a divorcé après vingt ans de mariage, et il est décédé plus tard d’une leucémie, révélatrice d’un traumatisme infantile non guéri (Wayne était un enfant de l’assistance publique). De la même manière, Jerry Hicks, l’auteur inspiré de la loi de l’attraction avec sa sixième femme Esther, est décédé d’un cancer.

Les individus qui font l’expérience de leurs aspects transcendantaux sans faire le travail nécessaire sur leur personnalité pour développer l’objectivité et l’intégrité nécessaires, peuvent facilement devenir des leaders de sectes. Leurs traumatismes non guéris génèrent alors des fausses croyances et des illusions.

Les Amérindiens ont souvent un lien authentique avec le divin et ont un enfant intérieur en bonne santé. Malheureusement, le manque de développement de leur personnalité fait cependant d’eux une cible facile pour l’exploitation, les abus ou la dépendance.

Les personnes ayant une personnalité très développée, mais peu connectées à leur âme peuvent avoir beaucoup de succès, voire faire des choses magnifiques dans la vie, si elles ont un enfant intérieur en bonne santé, mais il y aura peu d’incitation à aider les gens en dehors de leur famille proche. Celles dont l’enfant intérieur est traumatisé seront souvent autocratiques avec le désir d’exploiter leur prochain.

Ces trois dimensions sont faciles à voir chez les êtres éveillés. Par exemple, le Dalaï Lama agit souvent comme un petit enfant qui adore s’amuser ou plaisanter, mais peut exprimer des concepts complexes à partir de sa personnalité sans jamais perdre de vue sa nature transcendantale. Il peut basculer entre ces aspects à volonté en fonction de ce qui est requis dans le moment présent. Une personnalité développée peut comprendre et connaître Dieu, cependant seul l’enfant en bonne santé en nous peut en faire directement l’expérience en tant qu’amour, unité et créativité. C’est pourquoi on dit souvent que le cœur (auquel l’enfant intérieur a un accès direct) est le siège de l’âme. Ayant développé cette trinité en nous, nous pouvons maintenant regarder les étoiles avec les pieds solidement plantés dans le sol et créer le paradis sur terre.